Le concept de «territoire» sera abordé de façon métaphorique, en reliant traduction et évolution culturelle. L’hypothèse d’une évolution darwinienne de la culture est de plus en plus répandue dans les sciences humaines, et la traductologie ne fait pas exception. Dans notre communication, nous présenterons les principes de l’évolution darwinienne; nous analyserons ensuite les définitions de traduction fournies par les chercheurs qui ont creusé la question. Cette analyse mettra en avant un double défaut des définitions existantes. Premièrement, elles ne sont pas darwiniennes; deuxièmement, elles négligent une évidence: d’un point de vue évolutif, en l’absence de traduction, une langue est, pour tout objet culturel, un territoire clos, un environnement au frontières étanches qui empêchent sa reproduction et sa diffusion. Pour que le rapprochement entre traduction et évolution culturelle ne soit pas vain, une nouvelle définition de traduction s’impose: elle devra être cohérente avec les présupposés de l’évolution culturelle et prendre en considération l’idée de langue comme territoire. Après cette mise au point, nous nous concentrerons, dans la dernière partie de notre communication, sur une notion spécifique, avérée en biologie – celle de «bricolage», telle qu’elle est développée par François Jacob – en montrant que celle-ci peut être pertinente dans le contexte de l’évolution culturelle aussi.

Et si le territoire était la langue? Prendre au sérieux l'évolution culturelle en traduction

Regattin, Fabio
2021

Abstract

Le concept de «territoire» sera abordé de façon métaphorique, en reliant traduction et évolution culturelle. L’hypothèse d’une évolution darwinienne de la culture est de plus en plus répandue dans les sciences humaines, et la traductologie ne fait pas exception. Dans notre communication, nous présenterons les principes de l’évolution darwinienne; nous analyserons ensuite les définitions de traduction fournies par les chercheurs qui ont creusé la question. Cette analyse mettra en avant un double défaut des définitions existantes. Premièrement, elles ne sont pas darwiniennes; deuxièmement, elles négligent une évidence: d’un point de vue évolutif, en l’absence de traduction, une langue est, pour tout objet culturel, un territoire clos, un environnement au frontières étanches qui empêchent sa reproduction et sa diffusion. Pour que le rapprochement entre traduction et évolution culturelle ne soit pas vain, une nouvelle définition de traduction s’impose: elle devra être cohérente avec les présupposés de l’évolution culturelle et prendre en considération l’idée de langue comme territoire. Après cette mise au point, nous nous concentrerons, dans la dernière partie de notre communication, sur une notion spécifique, avérée en biologie – celle de «bricolage», telle qu’elle est développée par François Jacob – en montrant que celle-ci peut être pertinente dans le contexte de l’évolution culturelle aussi.
File in questo prodotto:
File Dimensione Formato  
2021 Trad evo Trento.pdf

non disponibili

Descrizione: File articolo
Tipologia: Documento in Post-print
Licenza: Non pubblico
Dimensione 7.95 MB
Formato Adobe PDF
7.95 MB Adobe PDF   Visualizza/Apri   Richiedi una copia

I documenti in IRIS sono protetti da copyright e tutti i diritti sono riservati, salvo diversa indicazione.

Utilizza questo identificativo per citare o creare un link a questo documento: http://hdl.handle.net/11390/1217970
Citazioni
  • ???jsp.display-item.citation.pmc??? ND
  • Scopus ND
  • ???jsp.display-item.citation.isi??? ND
social impact