L’autoportrait intellectuel ambigu de Marie de l’Incarnation d’après sa Relation de 1654