Sergueï Eisenstein: l’acteur manquant