Sur la minimalité des produits de groupes topologiques abéliens